30 mars 2018

Remise des lettres de félicitations aux écoles

0 commentaire

Modifié :  10 avr. 2018

dans le cadre de l’opération « Dessins de Noël 2017-2018 »

 

 

C’est traditionnellement fin février à début mars de la nouvelle année que les ambassadeurs de l’ASOR de Sarreguemines -et à leur tête depuis de nombreuses années notre président honoraire le Major (H) Hubert OSTERMAIER- font inlassablement le tour des écoles qui ont participé à l’opération « Dessins de Noël » à la rentrée scolaire.

 

Ainsi pour la rentrée 2017-2018, 14 écoles avaient répondu favorablement à notre sollicitation en vue de réaliser des dessins ayant pour thème Noël et la paix dans le monde par nos écoliers au bénéfice de nos soldats en OPEX durant la fin d’année 2017.

 

C’est en redoublant d’efforts mais non sans grand plaisir que le major (H) OSTERMAIER a organisé minutieusement la planification de nos visites durant des créneaux horaires tenant compte au plus près des souhaits et disponibilités de nos écoles éparpillées en Moselle-Est. Cette année-ci, il était accompagné de notre camarade Patrick GABRIEL puis de notre jeune membre et réserviste Ludovic KUNZ du 16ème bataillon de Chasseurs de Bitche.

 

Les 36 classes participantes et à travers elles leurs enseignants(tes) ont toutes été largement méritantes pour leur labeur, aussi elles se sont vues remettre chacune une lettre de félicitations par notre ASOR. Au total, 446 dessins (essentiellement classes CM1 et CM 2) ont été réalisés dans notre secteur pour nos soldats en mission hors de France à la fin de l’année.

 

Nos écoliers des groupements scolaires de

Bitche,

 

 

 

Blies-Guersviller,

 

 

Bliesbruck,

 

 

Folpersviller,

 

 

 

Hambach ,

 

 

 

 

Kalhausen,

 

 

Lambach,

 

 

Lemberg,

 

 

Siersthal,

 

 

 

 

 

Soucht

 

 

 

 

 

 

 

ainsi que de Woustviller avaient œuvré de tout leur cœur pour répondre à notre appel, certaines écoles le font d’ailleurs de manière ininterrompue depuis la première année du lancement de notre action ! Grâce au soutien sans faille depuis de nombreuses années de Madame E. Firtion et Monsieur J.C. Cunat Conseillers départementaux, le Conseil Départemental de la Moselle nous permet de gratifier nos écoliers au travers de cette action avec des lots et présents utiles durant l’année scolaire.

 

En cette année toute particulière qui marque la fin du centenaire de la Grande Guerre, nous souhaitons mettre spécialement à l’honneur l’école de la commune de Soucht qui nous avait reçus en présence de Monsieur le maire, d’une adjointe au côté de la directrice d’école, Madame Katia FAILLY. Au rythme de la guitare, jouée par l’enseignante, qui dirige par ailleurs la chorale « Eclipse », nos jeunes écoliers avaient entonnés le chant « Le 11 novembre 1918 » composé par Mme FAILLY pour faire honneur à nos soldats qui ont combattu, souvent au péril de leur vie, durant la guerre de 1914-1918. Ayons, à cet endroit, un moment de recueillement pour eux avec l’espoir que cette très belle initiative civique soit reconduite à la rentrée 2018-2019.

Depuis quelques années, nous constatons que le nombre de réponses de nos militaires à ces écoliers diminue sérieusement. Ceci est dommage et risque, à court terme, de décourager les élèves, donc de réduire la participation des écoles. Taux de réponse en 2017-18 : 8,7 % contre 13,5% en 2016-17.

 

Dominique KUNZ,

pdt ASOR de Sarreguemines et environs.

Derniers posts
  • L’Association des Cadres de Réserve ENSISHEIM-SOULTZ avait collecté 789 dessins en octobre 2018 auprès des établissements suivants : écoles primaires de JUNGHOLTZ, WUENHEIM, HARTMANNSWILLER, l’école « Château » de BOLLWILLER, « Les Oréades » d’ENSISHEIM, « Katia et Maurice KRAFFT » de SOULTZ, l’institution « Champagnat » et l’école « les Châtaigniers » d’ISSENHEIM. Du 25 juin au 5 juillet 2019, les élèves participants ont été félicités par le Capitaine honoraire Richard KUPIS président de l’association, celui-ci s’était rendu dans les différents établissements scolaires accompagné du Maréchal des Logis (H) Gilbert LEDERMANN (vice-président), d’Andrée LEDERMANN, du Caporal-chef Jean-Claude MAUNIER (vice-président) et du Maréchal des Logis HAAS Marc selon leur secteur respectif. Le Capitaine honoraire Jean-Paul HOHENADEL, président départemental de la FNASOR s’était joint à la délégation à SOULTZ, Gabrielle SCHMITT-HOHENADEL avait assuré la couverture de presse. La lettre de félicitations Solidarité Défense/FNASOR signée par le Maître Principal ® Philippe COGAN a été remise à chaque binôme par chaque classe, ainsi que des friandises à partager. Les retours ont été en provenance du NIGER, du MALI et de Nouvelle Calédonie, souvent par mail, mais quatre classes n’ont pas eu de réponse du tout. S’adressant aux élèves pour les remercier au nom de l’ACR Ensisheim-Soultz, au nom de la FNASOR et de Solidarité Défense, Richard KUPIS leur avait transmis aussi son message personnel favorisant l’enthousiasme, la réceptivité aux connaissances transmises par leurs enseignants, les valeurs civiques, de tolérance, de respect mutuel et d’entraide pour progresser et réussir dans leur vie de citoyennes et citoyens. Toutes ces visites, se sont déroulées dans l’émotion et la convivialité, en présence des directrices et Directeurs des écoles, de Roland MARTIN maire de Wuenheim, Marcello ROTOLO maire de Soultz, des adjoints au maire Francis LAUCHER et Éric METZGER. Les élèves de toutes les classes ont spontanément accepté de reconduire l’opération en septembre 2019 avec l’accord de leur chef d’établissement. Tous ces évènements ont été relatés avec photos dans la presse locale. Richard KUPIS. Association des Cadres de Réserve ENSISHEIM-SOULTZ.
  • https://www.facebook.com/100011347328417/posts/1161960117525555/?sfnsn=mo https://www.facebook.com/100011347328417/posts/1162849380769962/?sfnsn=mo
  • Issu d’une promesse du candidat Emmanuel Macron, à l’occasion de l’élection présidentielle de 2017, ce dispositif a été confirmé début 2018, afin de proposer un moment de cohésion visant à recréer le socle d'un creuset républicain et transmettre le goût de l'engagement , à impliquer la jeunesse française dans la vie de la Nation et à promouvoir la notion d'engagement et favoriser un sentiment d'unité nationale autour de valeurs communes . A la suite de travaux menés au cours de cette même année, le général de corps d’armée Daniel Menaouine, Directeur du service national et de la jeunesse, remettait au président de la République, en novembre 2018, un rapport relatif à la création d'un service national universel. Ce document énonce les premières conditions dans lesquelles le SNU pourrait être décidé. Il identifie également les principaux enjeux : Le principe du caractère obligatoire, en garantissant le cas échéant la « militarité » du dispositif afin d'assurer sa constitutionnalité ; L'universalité réelle, ce qui implique une égalité de traitement dépourvue de favoritisme ou de dérogations ; L'hébergement collectif. Le groupe de travail identifie les cinq filières d'engagements suivantes : défense et sécurité nationales, culture patrimoniale et numérique, environnement et développement durable, aide aux personnes, et tutorat. L’expérimentation dans 13 départements Au cours de la deuxième quinzaine de juin 2019, plus de 2.000 jeunes volontaires, issus de treize départements pilotes, ont découvert le service national universel. Cet article relate plusieurs témoignages en provenance de stagiaires, d’un encadrant et d’un intervenant dans les centres d’Aubusson, Carpentras, Cayenne et Guérande. Rim a effectué son SNU au lycée des métiers du bâtiment à Felletin, près d’Aubusson, dans la Creuse qui rassemblait 200 jeunes et 40 encadrants. Après des bilans médicaux et la perception des paquetages les journées se trouvaient rythmées par le réveil à 6h et une cérémonie des couleurs, avant l’enchainement des différentes activités programmées sur la citoyenneté, les armées, les spécialités et les musiques de la région. A signaler également des activités simulant un handicap pour sensibiliser à la gêne provoquée dans la vie courante par ces personnes. Plusieurs activités physiques programmées l’après-midi n’ont pu se dérouler compte tenu des fortes chaleurs. Les nombreux malaises ont donné l’occasion à Rim d’appliquer ses connaissances en secourisme et rapidement devenir « l’infirmière » du stage. Son action lui a même valu d’être mise à l’honneur lors du dernier rassemblement en recevant une lettre de félicitations. Des longs déplacements pour certains Pour Thibaut, lors de la réunion des volontaires à la préfecture, il a appris que sa destination serait Carpentras. Il a effectué ce long trajet par le train (Nantes, Paris et Avignon) avec une vingtaine de camarades. Au sein de la même maisonnée, les jeunes ont occupé deux chambres au sein d’un Centre de Formation et d’Apprentissage. Outre des sports collectifs, de la randonnée, un déplacement a permis à ces volontaires de découvrir le « camp des Milles* ». Les sapeurs-pompiers ont permis de découvrir leur métier avec des exercices concrets d’interventions et des informations théoriques. Quant à Mathieu, il a été pré alerté afin d’effectuer tous les vaccins nécessaires en prévision d’un séjour en Guyane. Après un regroupement à Brétigny, il prenait l’avion en direction de Cayenne. Dépaysement total pour les 124 stagiaires encadrés par 25 personnels. Si la plupart des activités étaient similaires à leurs camarades en métropole, certainement que le bivouac dans la forêt amazonienne et le lancement de fusée à Kourou resteront les points forts de ce séjour éloigné. Assister au lancement d’une fusée à Kourou Adrien, titulaire d’un BTS, a opéré pour la deuxième année dans une fonction d’aide moniteur cadet. Ses savoir-faire acquis lors de sa formation puis, en soutien de ses jeunes camarades lui ont donné la possibilité de postuler à une fonction de chef de maisonnée (10 stagiaires) et ainsi de participer à l’encadrement. Après un stage de 4 journées à Coëtquidan et autant de jours avec les autres membres de sa compagnie, il a commencé sa mission en participant au convoyage vers son centre, de jeunes résidant dans le Puy de Dôme. Parmi les activités, une découverte en vélo de la région des marais salants, l’aide à des personnes handicapées lors d’une croisière côtière en bateau, un nettoyage de plage sur La Turballe, et aussi, un déplacement à Nantes, pour la découverte des institutions et leurs missions : préfecture, conseil régional, conseil départemental et services de la mairie. Au niveau des interventions extérieures, la découverte du métier de pompiers, des gestes qui peuvent sauver et des veillées à thèmes sur les discriminations, la radicalisation, le don d’organes, les médias ou le code de la route… La course d’orientation Parmi les activités sportives mises en avant, par les initiateurs du SNU, figurait la course d’orientation. Tous les centres n’ont pu, semble-t-il, mettre sur pied cette activité. Affiliée à la Fédération française depuis 1990 et ayant plusieurs de ses membres qui se sont succédés à la tête du comité départemental, naturellement nos camarades réservistes nantais ont été impliqués dans l’organisation, d’une séance au profit des 180 jeunes regroupés à Guérande. La chance voulait qu’une zone cartographiée depuis peu existe à une distance modeste, sur la commune de La Baule. Par demi-journée, le samedi et le dimanche, les quatre compagnies ont bénéficié d’une présentation de la CO. Très répandue dans le milieu scolaire, seuls plusieurs éléments ne connaissaient pas les principes de relier des points à l’aide d’une carte et d’une boussole. Par contre, tous ont découvert la GEC (gestion électronique de course) qui, à l’aide d’une puce fixée au doigt permet de pointer chaque balise dotée d’un boitier électronique. Avec ce système, il est possible, dès l’arrivée, de voir le temps entre chaque balise, l’ordre des passages et donc les éventuels erreurs et oublis et même de monter des circuits qui s’entrecoupent. Conclusion Nul doute que cette initiative a été riche en expérience pour tous ces volontaires et devra être renouvelée et amplifiée. La plupart des activités initiées ont plu. Cependant, revient souvent l’impression d’un manque d’organisation ou de coordination, au sein de certains centres. De plus, un manque de réactivité de la programmation semble exister, face à la canicule, obligeant à la suppression d’activités sportives les après-midis sans possibilité de les déplacer dans la matinée. Enfin, ressort très souvent chez les stagiaires, le regret d’un manque de discipline. Beaucoup de nos jeunes ont compris que l’attitude avec des bras ballants ne paraissait pas la plus adéquat pour marquer le respect lors d’instants importants ou symboliques (les couleurs). Commentaire Impliqués dans l’un des centres de cadets de la défense, nous avons animé pendant deux jours l’atelier course d’orientation. Lors des nombreux échanges avec ces jeunes en provenance d’une dizaine d’autres régions, nous avions l’impression de retrouver « nos » cadets. Bien entendu, certains parlent de SMU (service « militaire » universel) et non SNU, en oubliant, comme nombre dans les générations précédentes, que le service militaire est devenu national en 1965, soit trente ans avant sa suspension en 1997. Comme avec les cadets, il est retrouvé la même volonté de bien faire et d’apprendre. Nos jeunes recherchent aussi un stage où chacun doit adhérer dans la cohésion, la solidarité, dans le goût de l’effort et le dépassement de soi. Les initiateurs du projet sont partis du constat que notre société est malade et que notre jeunesse était à la recherche de repères. Nul doute que parfois leurs ainés sont eux-mêmes en manque de repères et montrent l’exemple (le mauvais). C’est fâcheux lorsqu’il s’agit d’éducateurs. Lors des prochaines sessions, il devra être pris, plus en considération, la « militarité », attendue par ces stagiaires. Nos jeunes (volontaires pour l’instant), ne recherchent pas un séjour en colonie de vacances mais, un lieu où il est appliqué le respect des valeurs de République qui sont les véritables remparts de la cohésion nationale. * Le camp des Milles à Aix-en-Provence a été un camp d’internement et de déportation français ayant fonctionné de 1939 à 1942. Il a servi à l’internement d’étrangers et de résistants avant de devenir une antichambre d’Auschwitz. Photos : Adrien Le Cren

FNASOR

2, 6 Chemin du Fort de l'Est

93200 SAINT-DENIS.

E-mail: fnasor@orange.fr Téléphone: 01 48 22 05 20 Mobile: 06 26 72 56 29

 

 

© FNASOR -  all rights reserved.​
Ce site et toutes les photographies qui y figurent sont une œuvre de l'esprit, protégée par les lois de la propriété intellectuelle. Toutes les images sont la propriété de la FNASOR.Toute reproduction ou représentation intégrale ou partielle est interdite ainsi que leur altération. Le non respect de cette obligation est susceptible d'être sanctionné du fait d'un délit de contrefaçon de l'article L-731-2 du code de la propriété intellectuelle et d'engager la responsabilité civile de l'infracteur. En application de la Loi 2004-575 du 21 juin 2004- Directeur de la Publication : FANSOR - Hébergeur Wix.com- Boite Postale N°40190, SAN FRANCISCO, CA 94140, ÉTATS-UNIS.

© 2016 FNASOR

M.A.J : 26/10/2019

Edition 2.1